Dans un environnement surchargé de bruits et de sons en tout genre, le silence peine à trouver sa place. Bien qu’habituée à évoluer dans ce vacarme permanent, vous supportez difficilement l’absence de bruits, qui vous fait vous retrouver seule face à vous-même. Pourtant, le silence s’apprend et se cultive, pour devenir l’allié de votre bien-être et de votre santé.

Pourquoi c’est difficile ?

Au travail, dans les transports ou chez vous, les bruits sont partout et vous ne pouvez pas vous y soustraire. Des collègues qui parlent fort dans l’open space, la sonnerie des téléphones dans les transports en commun, les travaux dans votre rue, etc., comme deux tiers des Belges, vous reconnaissez subir des nuisances sonores, notamment à votre domicile.

Or, quand il est possible de les éviter, quand vous pouvez accéder à quelques minutes de silence, vous ressentez du vide. Un vide qu’il vous faut combler par des paroles, la télévision ou la musique, car il vous fait peur. Vous avez bien conscience qu’il serait parfois agréable de déjeuner calmement ou que les paroles sont superflues pour vous sentir bien avec vos proches. Mais c’est plus fort que vous ! Si vous ne dites rien, va-t-on croire que vous manquez de conversation ? Et puisqu’il n’y a personne chez vous, n’est-ce pas le moment idéal pour mettre la musique à fond ? Autant de raisons qui font que le silence est devenu un luxe ; un luxe aux multiples atouts.

Les bienfaits du silence

L’essayer, c’est l’adopter ! Même si cela est compliqué ou vous angoisse, une chose est sûre : le silence est bon pour votre santé physique et mentale.

Il est tout d’abord le moyen de renouer le contact avec vous-même. Sans parasite extérieur, vous laissez libre cours à vos pensées, à vos émotions, et vous prenez plus facilement du recul face aux événements. Apaisée, vous accueillez les choses comme elles se présentent, et prenez de la distance en quelques minutes seulement. Que cela se traduise par la méditation, une balade en forêt ou même la visite d’un musée, des chercheurs ont démontré que deux heures de silence complet par jour favorisaient le développement de nouvelles cellules dans l’hippocampe. Mais rassurez-vous, une quinzaine de minutes au quotidien seront déjà un excellent début.

Par ailleurs, en plus de vous rendre plus détendue et créative, le silence est bon pour votre santé. Ne vous êtes-vous jamais sentie oppressée dans un environnement bruyant ? N’avez-vous pas vu votre angoisse grimper en flèche lorsque les bruits du voisinage vous empêchaient de dormir ? Au fur et à mesure que les jours se succèdent, ce trop-plein d’agitation a généré de la tension en vous. Votre rythme cardiaque s’en ressent, et le stress vous fait manger ou fumer plus que de raison. Des effets que vous pouvez à nouveau éviter avec deux minutes de silence complet chaque jour. Une nouvelle astuce mise en lumière par des chercheurs, et qui aiderait le corps et le cerveau à se libérer efficacement de leurs tensions.

Finalement, le silence a ceci de merveilleux qu’il se cultive et s’apprivoise en peu de temps. Accompagnée par mes soins en séance de sophrologie, vous découvrirez les bienfaits du calme.  Il devient progressivement une habitude de vie, un art presque. Face au silence, vos craintes s’estompent et vous partez à la découverte de votre vie intérieure ; une vie qui ne manquera pas de vous surprendre.